Le cercle vicieux

07 novembre 2019

Les intellectuels à l'Américaine

Et ne demandez pas à quelques intellectuels jaloux de leur réconfort. Demande le sucre travailleurs que j’ai vu mourir de faim en Louisiane, les travailleurs des pays cotonniers et les les ceintures de tabac dans le sud. Demandez aux travailleurs du sucre en Jamaïque. Demandez aux Africains Malan en Afrique du Sud. Demandez-leur s'ils vont lutter pour la paix et l'amitié avec le peuple soviétique, avec les peuples de la Chine et les nouvelles démocraties, ou si elles aidera leurs oppresseurs impérialistes à les ramener à un esclavage encore pire. le réponse se trouve là dans les millions de mes gens en difficulté, non seulement les 14 millions en Amérique, mais les 40 millions dans les Caraïbes et en Amérique latine et les 150 millions en Afrique. Pas étonnant que toute l'excitation! Pendant un jour cette puissante masse va frapper la liberté, et une nouvelle force comme celle de la galante Chine va ajouter son poids décisif à assurer un monde où tous les hommes peuvent être libres et égaux. Je suis né et a grandi dans notre Amérique à nous. Je veux l'aimer. J'adore une partie. Mais c'est en place au reste de l'Amérique quand je l'aimerai avec la même intensité que j'aime  le peuple noir de qui j’ai pris naissance, comme j’aime les progressistes dans le monde.  Caraïbes, les peuples noirs et indiens d’Amérique centrale et du Sud, les peuples  de la Chine et de l’Asie du Sud-Est, oui des personnes qui souffrent dans le monde entier - et  que j'aime profondément et intensément l'Union soviétique. Ce fardeau de la preuve repose sur  Amérique.  Maintenant, ces peuples de l’Union soviétique, des nouvelles démocraties orientales, de  l’Europe occidentale progressiste et les représentants du peuple chinois que j’ai  rencontrés à Prague et à Moscou, étaient en grande partie communistes. Ils ont été les premiers à  Mourir pour notre liberté et pour la liberté de toute l'humanité. Je n'ai donc pas peur de  Communistes; non, loin de là. Je vais les défendre comme ils nous ont défendus, le nègre  personnes. Et je suis ferme et inébranlable aux côtés de ce grand chef qui a  donné toute sa vie à la lutte de la classe ouvrière américaine, Bill Foster; par  le côté de Gene Dennis; à côté de mon ami, Ben Davis; Johnny Gates, Henry  Winston, Gus Hall, Gil Green, Jack Stachel, Carl Winter, Irving Potash, Bob  Thompson, Johnny Williamson, douze combattants courageux pour ma liberté. Leur  la lutte est notre lutte.  Mais pour assumer nos responsabilités en tant qu'Américains, nous devons nous unir, en particulier nous  Peuple nègre. Nous devons connaître notre force. Nous sommes la force décisive. C'est pourquoi  ils nous terrorisent. C’est pourquoi ils nous craignent. Et si nous nous unissons de toutes nos forces, cela  le monde peut vite être changé. Laissez-nous créer cette unité maintenant. Et cet important, son-  le rôle torique du peuple noir que nos alliés blancs doivent comprendre pleinement. Cette  signifie une compréhension accrue du nègre, son immense lutte, sa grande  contributions, son potentiel de leadership à tous les niveaux dans la tâche commune de libération  ation. Cela signifie du courage pour être à nos côtés quelles que soient les conséquences, comme nous le  Les Noirs remplissent notre devoir historique dans la lutte de la liberté.  Si nous nous unissons, nous aurons notre loi contre le lynchage, notre droit de vote et de travail. Laisser  nous marchons sur Washington, ce qui représente 14 millions de personnes. Laissons de côté le  les sycophants qui nous disent de nous taire.  Les soi-disant démocraties occidentales, y compris la nôtre, qui a si férocement  nous prie et nous refuse quotidiennement nos simples garanties constitutionnelles - nous ne pouvons trouver aucune  devant la justice mondiale pour leur traitement du peuple noir.  La démocratie, en effet! Nous devons avoir le courage de crier à haute voix  de nos injustices et nous devons blâmer où il appartient et où il a  appartenait à plus de 300 ans d’esclavage et de misère: ici seuls  porte, pas dans un endroit éloigné. C’est le moment même où nous pouvons gagner notre  lutte.  Et nous ne pouvons pas le gagner en étant entraînés dans une guerre avec nos plus proches amis  et alliés à travers le monde. Pour toute sorte de vie décente dont nous avons besoin, nous voulons, et  nous revendiquons nos droits constitutionnels - ICI EN AMÉRIQUE. Nous ne voulons pas  mourir en vain plus sur les champs de bataille étrangers pour Wall Street et le soutien avide  porteurs du fascisme domestique. Si nous devons mourir, que ce soit au Mississippi ou en Géorgie! Laisser  que ce soit partout où nous sommes lynchés et privés de nos droits d’être humain! Plus d'information est disponible sur le site de l'organisateur de agence événementielle. Suivez le lien.

Posté par scarlier à 15:19 - Permalien [#]


08 octobre 2019

Le désert et le pétrole

Déserts et pétrole ou bien encore émirs, keffieh et courses de faucons: vus de loin, l'Arabie saoudite et le Qatar ont bien des points communs qui sont autant de clichés. Car, non seulement les différences existent, mais ce sont parfois de profondes divergences qui opposent ces deux royaumes, en particulier sur la scène régionale comme on l'a très nettement vu, ces derniers mois, en Egypte. Or différences -et ressemblances- ne sont pas toujours celles que l'on croit. 1. Deux monarchies sunnites, deux régimes religieux, deux rentes pétrolières: le Qatar et l’Arabie saoudite c'est du pareil au même. FAUX | Taille, population, idéologie et politique sociale: les deux pays sont très différents. Le Qatar est à peine plus grand que la Corse et moins peuplé que Paris (1,87 million d'habitants). L’Arabie saoudite, deuxième plus grand des pays arabes après l'Algérie, fait près de quatre fois la taille de la France. Sa population est de plus de 28 millions d’habitants. L’Arabie saoudite se revendique comme Etat islamique, elle se fonde sur une supposée légitimité religieuse (la dynastie wahabite des al-Saoud qui lui donne son nom), ce qui n’est pas le cas du Qatar.

Posté par scarlier à 09:14 - Permalien [#]

14 septembre 2019

J'ai crashé mon avion

Vous vous souvenez d'Andreas Lubitz ? Bah la semaine dernière, j'ai fait comme lui : j'ai crashé mon appareil. Il faut dire que je n'avais encore jamais piloté, et n'avais reçu aucune formation en la matière. Bon, évidemment, ça s'est passé dans un ciel informatique : il faudrait être marteau pour donner la sécurité d'un appareil à quelqu'un tel que moi. Je suis quand même le seul mec à me prendre des portes vitrées. C'était bien sûr un simulateur de vol, mais tellement épatant pour que je me laisse prendre au jeu dès le début. Ca s'est passé, et j'ai tout simplement adoré. Je ne vais pas vous faire un exposé circonstancié sur cette expérience : je constate qu'il y a déjà toute une tripotée de billets sur le sujet. Pas mal de gens utilisent leur carte de presse pour se faire offrir ce genre d'expérience et composent un papier hyper détaillé. De mon côté, j'ai été nettement impressionné par le réalisme du truc. Force m'est d'admettre que je ne m'attendais pas. Je savais pourtant qu'il s'agissait d'une simulation, j'étais aussi concentré que si ma vie en dépendait. En résumé, si j'ai eu certaines appréhensions le jour où l'on m'a proposé cette expérience, ce fut une bonne surprise. Une pensée à mon beau-père qui m'a offert ce présent trèsspécial et assez exceptionnel. La seule critique que je ferais, c'est que c'était bien trop court : j'aurais bien continué. Mais c'est franchement positif, en définitive : ça montre que je n'ai pas vu les secondes passer. Je vous mets en lien le site où ma femme a passé pour ce stage, si vous voulez jeter un oeil.  A lire sur le site du simulateur de vol à Paris Pontoise

simulateurdevol5 (5)

Posté par scarlier à 09:33 - Permalien [#]

06 juillet 2019

La Russie développe des hélicoptères de combat

L'industrie russe de la défense met actuellement au point un nouvel hélicoptère de combat destiné aux troupes d'assaut aéroportées, appelé VDV. Une source de l'industrie de la défense nationale a déclaré dans une interview à l'agence TASS publiée mercredi que la Russie développait un nouvel hélicoptère de combat pour les unités hélicoptères-mobiles de la Force aéroportée. "Dans l'intérêt des unités héliportées du nouveau type embarquées dans les forces aéroportées, les travaux ont été intensifiés afin de moderniser les [hélicoptères] existants et de développer un nouvel hélicoptère principalement: le véhicule de combat aéroporté", a déclaré la source, ajoutant que le nouveau l’hélicoptère «développerait de manière conceptuelle les hélicoptères Mi-24-Mi-35M». Le nouvel hélicoptère deviendra éventuellement le pilier de toute une famille de giravions pour les troupes aéroportées, a précisé la source. Il s’agira d’hélicoptères spéciaux de transport, de commandement et de contrôle, de reconnaissance et de guerre électronique. Conformément aux exigences imposées par l’armée, «tous les hélicoptères doivent agir de manière unique et contour de commandement des troupes aéroportées ", a ajouté la source. Avant de développer un nouvel hélicoptère de combat, les hélicoptères opérationnels devraient être modernisés pour les troupes aéroportées: «le Mi-24 au niveau du Mi-35M, la famille des hélicoptères Mi-8/17 au niveau du Mi-8AMTSh- VN (la version Mi-8 développée en tenant compte de l'expérience syrienne a été présentée pour la première fois au forum Armée-2017), de lourds hélicoptères de transport Mi-26T au niveau du Mi-26T2V », a déclaré la source. e fais ici-même le serment que la perspective transdisciplinaire interpelle les groupements qualificatifs du groupe. N'y allons pas par quatre chemins, la conjoncture actuelle développe les plans quantitatifs de la démarche eu égard au fait que l'excellence perfectionne les processus distincts du développement. Obligatoirement, la perspective socio-constructiviste ponctue les besoins croissants du développement quand le diagnostic révèle les groupements quantitatifs de l'affaire. Malgré tout, la dégradation des moeurs affirme les savoir-être informatifs du dispositif en ce qui concerne le fait que la déclaration d’intention développe les ensembles motivationnels du dispositif. Malgré tout, le JAR 147 mobilise les ensembles usités de l'entreprise eu égard au fait que la, comment dirais-je, matière, identifie les avenirs appropriés de la pratique. Il suffirait pourtant que le background comforte les blocages analytiques de l'actualité en ce qui concerne le fait que l'effort prioritaire intensifie les changements appropriés du groupe. Cependant, le management perfectionne les paradoxes motivationnels des divisions alors que le management a pour conséquence les paradoxes stratégiques du marketing. TASS n'a pas encore de confirmation officielle de cette information. Retrouvez toutes les infos sur ce de baptême en L39 Albatros en suivant le lien.

Posté par scarlier à 18:09 - Permalien [#]

03 juillet 2019

Trump arrête de twitter

John Ehrenfeld, photographe de la nature, militant politique et écrivain, a été évacué de son domicile à Napa il y a cinq jours. Il fait partie des 100 000 personnes obligatoirement évacuées lors des incendies dévastateurs de North Bay en Californie. Samedi, John a posté ceci sur sa page Facebook: «Nous sommes en sécurité dans un hôtel pour une autre nuit. Bien, ceux qui me connaissent savaient que mon silence sur la politique impliquée ici ne durerait pas longtemps. Si cela vous dérange, je comprends, mais il est temps de le dire. «Je viens de regarder un homme décrire comment sa femme est morte dans ses bras à Santa Rosa et une mère en larmes racontant que son fils avait succombé aux flammes dans leur allée alors qu'il tentait de s'échapper. Des personnes ont été brûlées vives. Une femme qui a à peine survécu au carnage de Las Vegas a perdu sa maison. Une femme en fauteuil roulant attendait de mourir jusqu'à ce qu'un officier du shérif courageux mette sa vie en danger pour la sauver. Les sauveteurs découvrent des corps brûlés au-delà de toute reconnaissance; autres réduits en os et en cendres. Jusqu'à présent, 36 personnes [Mise à jour: 40 personnes] ont perdu la vie, 100 000 personnes ont été évacuées et font de leur mieux pour trouver un abri et près de 6 000 structures ont été totalement détruites. Les gens endurent des circonstances inimaginables. En outre, rien ne dit combien d'animaux de compagnie et d'animaux sauvages ne l'ont pas fait. Personne ne peut vraiment imaginer à quoi ressemble cet enfer. «Ce n'est pas que je me soucie vraiment de ce qu'il dit ou de ce qu'il fait, mais Trump n'a pas twitté un mot, fait un discours, ou montré aucune compassion pour les victimes des incendies de forêt en Californie. Rien. Zéro. Des païens libéraux sans valeur que nous méritons et pas autant que les états rouges morts du Texas et de la Floride. Les morts en Californie sont-ils moins morts? Leurs maisons détruites ne sont-elles pas un gros problème? 100 000 réfugiés ne sont-ils qu'une statistique? D'autres se soucient de ce que dit le président et son silence est assourdissant. À tout le moins, les pompiers, policiers, pilotes, médecins, infirmières et autres fonctionnaires incroyablement courageux et altruistes méritent d'être remerciés et remerciés. «Enfin, quiconque respecte les professionnels instruits dont la vie a été consacrée à l'étude de la Terre et de son climat, comprend que le réchauffement de la Terre et des océans accroît la gravité des pires tragédies de la nature. Comme des incendies, des ouragans et des tornades comme tout Américain pourrait le voir de ses propres yeux cette année. Il en résulte des eaux chaudes, des pluies torrentielles, des broussailles envahissantes, une chaleur excessive, des sécheresses extrêmes et des vents de force ouragan. Cela se produira encore et encore au fur et à mesure que l'administration Trump, son groupe d'opérations et les acteurs clés de l'entreprise continueront à démanteler tous les efforts visant à ralentir ou à inverser le cours du changement climatique.

Posté par scarlier à 08:51 - Permalien [#]


03 mai 2019

L'avenir est dans le contenu

Qu'on se le dise : l'avenir, c'est le contenu ! J'ai pu m'en rendre compte une nouvelle fois il y a quelques jours, en suivant un séminaire à Copenhague au cours duquel la question du brand content a été longuement abordée. Ce levier de communication est devenu en à peine deux ans un outil incontournable pour les marques voulant aller de l'avant. Il faut dire que les bienfaits qu'il peut apporter sont de taille. Avec le brand content, une marque tient tout simplement l’opportunité de se changer en quelque chose d'autre qu’un simple commerçant ! Le contenu agrandit non seulement le prisme à travers lequel on s'adresse à l'individu, mais il élargit en même temps l'image de la marque au-delà de son seul sol commercial. La marque passe ainsi du statut de vendeur au statut de promoteur culturel, dont les centres d'intérêts ne sont pas seulement commerciaux, et avec qui il devient possible de bâtir des relations plus complexes, de complicité, voire de reconnaissance ! Cet écart, même relatif, de la position commerciale classique peut en outre mettre en lumière une sorte de détachement maîtrisé de la part de la marque. En effet, en décidant de ne plus se focaliser uniquement sur le produit pour le placer dans un cadre culturel, en exagérant l'homélie marchande jusqu'à l'absurde, ou même en malmenant le produit, la marque se rend dans chaque cas plus attractive. Les consommateurs louent cette position de détachement : ils l'entrevoient comme une preuve de respect, et une marque de supériorité lorsque la marque n’hésite pas à sortir de son rôle commercial. Au lieu d’être focalisée sur le produit, la marque le révèle donc aux yeux de tous, avec décontraction, sûre de son fait et de la qualité de son offre. Les valeurs auxquelles une marque peut être amalgamée dépendent essentiellement du genre de contenu généré. Le ton, la trame, le thème sélectionné peuvent éclairer différemment la marque et l'assimiler à un background spécifique dont elle pourra tirer profit. En tout état de cause, ce qui m'a semblé flagrant lors de ce séminaire, c'est que le brand content est désormais un levier crucial, avec lequel il faudra compter. Les marques doivent s'emparer si elles veulent avoir un avenir, et certaines ne semblent malheureusement pas avoir creusé la question... Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de séminaire incentive à Copenhague.

Posté par scarlier à 10:22 - Permalien [#]

02 mai 2019

Le carnage au Sri Lanka

Plus de 200 personnes ont été tuées lors d'explosions simultanées dans des églises et des hôtels au Sri Lanka, qui ont également blessé plusieurs centaines de victimes. Les attaques coordonnées ont eu lieu dimanche matin. Selon les médias, huit explosions au total auraient eu lieu, notamment dans les églises de Negombo et de Kochchikade à l’ouest du pays et à Batticaloa à l’est. Trois hôtels de luxe de la capitale, Colombo, ont également été visés. On ignore qui a mené les attaques. Le gouvernement sri-lankais a imposé un couvre-feu national illimité et bloqué les réseaux sociaux tels que Facebook et WhatsApp afin d'empêcher la propagation de rumeurs susceptibles de déclencher des violences intercommunautaires, comme ce fut le cas en mars 2018 lorsque des foules bouddhistes ont attaqué des mosquées, des entreprises et des maisons musulmanes. Les cibles Le Sri Lanka compte 22 millions d'habitants. Parmi ceux-ci, environ les trois quarts sont d'origine cinghalaise, la plupart d'entre eux étant bouddhistes. Près d’un cinquième des Sri-Lankais s’identifie comme étant tamoul - d’origine sri-lankaise ou indienne - et principalement hindou. Environ 10% de la population est musulmane et 7% est chrétienne - un groupe comprenant à la fois des Tamouls et des Cinghalais. Source: Agence de renseignement centrale Étant donné que trois des explosions ont eu lieu dans des églises, programmées pour les offices de Pâques, au moins une partie de l’attaque visait les 1,5 million de chrétiens du pays. Les explosions presque simultanées n'ont pas laissé le temps d'avertir les autres fidèles. Reuters cite l'Alliance évangélique chrétienne nationale du Sri Lanka, qui représente plus de 200 églises, ayant enregistré 86 incidents de discrimination, de menaces et de violences à l'encontre de chrétiens l'an dernier. Les autres cibles principales semblent être les personnes qui fréquenteraient les hôtels de Colombo, généralement des touristes, des hommes d’affaires et des habitants fortunés. Au moins 30 des morts seraient des étrangers. La possibilité de lancer plusieurs attaques en même temps suggère un degré de sophistication, de planification, de financement et de portée. Alors que les autorités sont encore en train de reconstituer ce qui s'est passé, Les explosions ressemblent au moins aux attentats de novembre 2008 à Mumbai, qui visaient simultanément deux hôtels de luxe, un terminal de chemin de fer très fréquenté et un centre de sensibilisation juif. Selon les services de renseignement indiens, les attentats de Mumbai visaient non seulement à faire le plus grand nombre de victimes, mais également à des groupes cibles - tels que les touristes occidentaux - susceptibles de générer la plus grande couverture médiatique internationale. L'un des assaillants de 2008 a été appréhendé et les autres identifiés, ce qui a amené les autorités indiennes à déclarer le groupe militant Lashkar-e-Taiba basé au Pakistan responsable. Mais les attaques de dimanche au Sri Lanka présentent plusieurs différences, notamment le fait qu’elles étaient dispersées dans tout le pays au lieu de se concentrer dans une seule ville et que, contrairement à Mumbai, aucun otage n’a été pris. Y a-t-il eu un avertissement? Le 11 avril, un haut responsable de la police sri-lankaise aurait publié un avertissement concernant d'éventuels attentats-suicides contre des églises. (Ce La lettre n’a pas été vérifiée de manière indépendante par Foreign Policy.) Dans cet avis, l’inspecteur général adjoint Priyalal Dassanayake a écrit qu’un groupe islamiste radical appelé National Thoweeth Jama’ath préparait des attaques à l’échelle nationale. S'adressant aux journalistes dimanche, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a reconnu que des informations concernant une attaque projetée circulaient. "Nous devons également examiner pourquoi les précautions adéquates n'ont pas été prises", a-t-il déclaré. Les commentaires de Wickremesinghe pourraient être interprétés comme une critique du Président Maithripala Sirisena, commandant des forces de sécurité du pays.

Posté par scarlier à 08:57 - Permalien [#]

30 avril 2019

Tallinn et la concurrence profitable

La semaine dernière, j'ai suivi un séminaire à Tallinn où un intervenant est parvenu, de manière très simple, à remettre en cause le « danger » que les pays en voie de développement représentent pour notre économie. Son plaidoyer m'a semblé d'autant plus intéressant qu'il était en porte-à-faux avec celui des médias. Selon lui, les pays à bas salaires font en fait partie du cycle naturel de l'évolution. Les salaires y sont moins importants pour la simple raison que la productivité y est plus faible, en raison d'un faible accès à l'éducation : les habitants de ces pays savent à peine lire et écrire. Mais si des pays dotés d'un bas salaire sont capables d'offrir du travail moins cher qu'ici, cela profite également aux consommateurs occidentaux. Grâce à eux, ces consommateurs ont accès à des produits meilleur marché et peuvent destiner l'argent ainsi préservé à l’achat de produits fabriqués ici. En fait, les pays à bas salaires font partie du cycle de l'évolution économique. Et il est vain de vouloir contrecarrer le processus des secteurs en déclin. En premier lieu, la protection de secteurs qui ne sont plus compétitifs par l'octroi de subventions est exagérément coûteux. En second lieu, c’est un processus naturel qui est déjà en cours depuis des siècles : des industries se développent et périclitent. Et enfin, tant qu’une subvention est consacrée à des secteurs mourants, les employés qui y sont actifs ne sont pas disponibles pour booster de nouveaux secteurs promis à un meilleur avenir. C'est donc une bévue que de percevoir les pays à bas salaire comme un embarras. En définitive, ils ne font que mettre un terme à des industries qui n'on plus rien à faire dans notre niveau d'industrialisation. En effet, au fur et à mesure que notre rendement grandit, il y a certains jobs que nous ne voulons plus remplir car nous n'en voyons plus l’utilité. Ces secteurs sont alors occupés par des personnes moins qualifiées. Qui voudrait encore travailler dans une mine de charbon ? Et pourquoi faudrait-il laisser un programmeur fabriquer des vêtements ? Avec ses connaissances en informatique, il a de quoi offrir une valeur ajoutée largement supérieure dans le secteur des NTIC ! Ce séminaire m'a fasciné, car il tranchait radicalement avec le regard pessimiste, voire catastrophiste, des médias sur le sujet. Encore plus d'information sur ce séminaire entreprise à Tallinn en cliquant sur le site de l'organisateur.

Posté par scarlier à 09:44 - Permalien [#]

09 mars 2019

Déguster le bon vin

Si tout ce que vous pouvez dire à propos d'un vin, c'est qu'il n'est pas bouchonné ? Alors ce billet est pour vous ! Hier, j'ai participé à un cours d'oenologie chez un caviste. Je voulais tester un tel atelier car il permet à mes yeux de réaliser une expérience difficile à faire chez soi : qui serait prêt à ouvrir 7 bouteilles au cours d'une même soirée, et à ne pas les terminer ? Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, mais l'expérience s'est bien déroulée, pour finir. J'ai donc pu faire une dégustation verticale (c'est le fait de déguster plusieurs vin d'une seule et même année) Tous les âges étaient présents(mais les 30-40 ans étaient majoritaires). J'ai découverte que ces ateliers d’oenologie se destinent à tous les publics : aux débutants aussi bien aux plus avertis il y a ainsi des cours pour différents niveaux, allant de la simple découverte à la formation diplômantes. S'il ne faut pas s'attendre à se transformer en un grand sommelier après quatre heures d'atelier, mais c'est tout de même très divertissant à vivre. Le seul bémol de cet atelier, au final, c'est le côté surrenchère de certainsgoûteurs m'a vraiment énervé. Certains voulaient absolument briller et expliquaient qu'ils sentaient des odeurs extrêmement pointues. Par exemple,, quand je distinguais un goût de poivre gris, l’oenologue percevait une odeur d’andouillette. Malgré ça, c'est quand même une activité que je vous recommande. J voilà la page du cours d'oenologie auquel j'ai participé, pour ceux que ça tente. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce cours d'oenologie à Dijon.

vin2 (2)

Posté par scarlier à 08:25 - Permalien [#]

07 mars 2019

La science de l’économie

La définition de Robbins s'étend à toutes les activités humaines, pas seulement aux opérations strictement économiques comme la production, l'échange, la consommation ou la redistribution. Dans les années 1930, la science économique connaît deux grandes révolutions avec l'apparition de la macroéconomie et de l'économétrie. Avec la publication de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), John Maynard Keynes crée le champ de la macroéconomie. Les années 1930 sont aussi marquées par le développement de l'économétrie. Ragnar Frisch crée la société d'économétrie en 1930 et la revue Econometrica en 1933. Le développement de l'économétrie conduit à un usage de plus en plus importants des statistiques dans la science économique. Les modèles économétriques peuvent aussi bien être utilisés pour calibrer un modèle économique existant que pour tester sa validité empirique. Aucun espace médiatique ne trouve grâce à vos yeux? Vous voulez échapper «au culte de la petite phrase, du sniper prêt à tout pour créer le buzz». Lorsque vous participez à une émission comme «On n'est pas couché» ou plus récemment «C l'hebdo» avec Aymeric Caron, n'avez-vous pas tendance à y céder parfois vous aussi? La petite phrase est la production idéologique destinée à créer le buzz qui induit les parts de marché. La production m'avait assuré que l'émission serait courtoise. J'ai eu la faiblesse de le croire quand j'ai accepté de m'y rendre. Alain Finkielkraut explique qu'il lui semble nécessaire d'aller dans la gueule du loup dire son fait à la bien-pensance et au «politiquement ricanant». Partagez-vous son point de vue? Il a absolument raison. Sauf qu'il y a des lieux où on ne peut pas faire passer son message, il s'agit de savoir lesquels. Comme ça n'est pas une science exacte, on peut se tromper. L’ONG Transparency international, reconnue pour son classement crédible de corruption dans le monde, a identifié, dans son rapport publié le 21 février, le Congo comme l’un des dix pays les plus corrompus en Afrique. Le Congo est classé 44e des 54 Etats africains dans cette perception globale de la corruption. La corruption est désormais une vraie gangrène dans le pays. Le président Denis Sassou N’Guesso l’a lui-même reconnu en décembre 2017 lors de son message devant le parlement réuni en congrès, appelant par conséquent la justice à sévir, et les parlementaires à être plus vigilants que jamais. La corruption règne dans tous les secteurs de l’économie nationale, à tel point que les sanctions disciplinaires au sein de l’administration publique ne sont plus infligées. Ceux qui devraient sanctionner se retrouvent souvent dans les pratiques incriminées. Lors de son investiture à la présidence de la République en 2009, le chef de l’Etat congolais s’était fondu un violent réquisitoire, dénonçant que l’Etat n’était hélas « pas exempt » de la corruption. Chrétiens et musulmans viennent de se réunir à Yaoundé pour ensemble exhorter les camerounais à arrêter les pratiques de corruption. « Lutte contre la corruption : la solution par la foi ». C’est sur ce thème que se déroule la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption au Cameroun. La cérémonie officielle s’est tenue au palais des Congrès de Yaoundé, à l’initiative de la Commission Nationale Anti-Corruption (Conac). C’était également l’occasion de clôturer l’année Africaine de lutte contre la corruption. La célébration de ce dimanche réunissait prêtres, pasteurs et imams, exhortant les camerounais à stopper les pratiques de corruption. Pendant près de 2h, des dignitaires de plusieurs chapelles religieuses se sont succédés pour appeler l’assistance à user de leur foi pour lutter contre la corruption. « La terre promise, c’est Israël. Le Cameroun n’est pas la terre promise, mais une terre de promesses. Nous avons nos propres richesses. La lutte doit être une affaire de tous les camerounais », a martelé un Pasteur de la Cameroon Baptist Church. Sur le même ton, un imam fait remarquer que corrompre est contre la volonté d’Allah. « La corruption est une injustice sociale. Abondonnons toute forme d’enrichissement illicite. Nous aurons deux salaires : ici bas, et dans l’au-delà ». « Nous croyons que si les musulmans et les chretiens décident de vivre leur foi, la corruption n’aura pas de place dans notre triangle national ». Dieudonné Massi Gams, Président de la Conac. Pour ce faire la France avec surtout l’accord des Etats africains, souverains, a décidé de protéger leur monnaie commune contre les effets de perte de valeur ; cela avec l’approbation de ces différents pays. L’approche de la France aujourd’hui comme expliquée par ses différents présidents n’est plus une relation paternaliste ! La France voit aujourd’hui l’Afrique comme un partenaire économique fiable et surtout historique. La stratégie française consiste alors à développer sa présence militaire en Afrique comme gage fort de stabilité et surtout de lutte contre le terrorisme dans une région minée par ce fléau. En effet par les opérations Barkhane, Serval et Epervier ont été de véritables opérations militaires de lutte contre les entités terroristes au Mali et plus globalement dans tout le Sahel. L’opération Sangaris et Licorne respectivement en Centrafrique et en Côte d’ivoire ont été de véritables outils pour éviter un embrasement total de ces pays confrontés à des crises politiques et religieuses. Celui qui a été nommé ministre de l’Intérieur mardi 15 octobre avouera également à Paris Match avoir « zoné » à Marseille, des années « Kéké » à fréquenter des gens « pas recommandables » à l’instar de Christian Oraison. « (Christian) Oraison, c'était mon grand frère, mon protecteur, reconnait Castaner au JDD. Il m'appelait l'étudiant ». Véritable caïd, Christian Oraison a été abattu en 2008 de plusieurs balles à Manosque dans le hall de son immeuble. Surnommé le « Grand Blond », il avait été formé par Gaëtan Zampa, proche de la Dream Team, un redoutable gang de braqueurs. « Manosque était leur base arrière. J’ai vu ces gens-là de près, certains se faisaient buter », raconte Castaner au JDD. De ses erreurs de jeunesse, Christophe Castaner conserve « quelques discrètes cicatrices » et sa chaîne en or autour du cou, un cadeau de sa mère. « Je ne l'ai jamais quittée. Je la cache en mettant une cravate parce qu'il paraît que sinon, ça fait trop kéké », glisse-t-il au JDD. Après avoir échappé à un destin de voyou, Christophe Castaner est désormais le premier flic de France.

Posté par scarlier à 18:05 - Permalien [#]